Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
Vu du webLes photographes français Germain et Florisse présentent une nouvelle série intitulée "Bellevue, Belleville". Ils proposent une décomposition urbaine du quartier à l'esthétique minimaliste.
Série Bellevue Belleville - Photo : Florisse, Germain
Série Bellevue Belleville - Photo : Florisse, Germain
Lancer le diaporama en plein écran

Germain et Florisse n’en sont pas à leur première série photo. Avec "Bellevue, Belleville" , les photographes capturent l’âme duale de leur quartier de résidence où les immeubles bétonnés des années 60 côtoient des maisons faubouriennes du XIXème siècle.

Le duo présente une mosaïque de bâtiments à l’architecture hétéroclite. La série privilégie la poésie du singulier, à contre-courant des perceptions communément répandues sur la laideur des grands ensembles.

Série Bellevue Belleville - Photo : Florisse, Germain

Le tissu urbain devient vecteur et intensificateur de lien social, dans un quartier profondément multiculturel. L’ énergie débordante qui s'en dégage, la diversité culturelle et architecturale ainsi que l'histoire socio-politique de Belleville en font un lieu de résistance et de divertissement, propice à la création.

Le duo

Florisse & Germain forment un duo de photographes et directeurs artistiques depuis 2015. Florisse Hendschel suit un cursus à Sciences Po Paris avant de rejoindre le secteur culturel.

Elle travaille aujourd'hui à la section culture de l'Unesco. Après des études en stratégie, Germain Gilbert devient directeur artistique dans le luxe.

Série Bellevue Belleville - Photo : Florisse, Germain

La rédaction tient à préciser que tout ou partie de cet article est extrait d'un communiqué de presse

sur images.archi
Diaporama
Regards croisés
Centre d'hébergement pour l'Observatoire Océanologique de Banuyls-sur-mer | Atelier Stéphane Fernandez
Sur le front de mer de la ville de Banyuls, le centre d'hébergement pour l'Observatoire Océanologique réalisé par l'Atelier Stéphane Fernandez prolonge la topographie existante du ciel, du sol et de l'horizon avec sa couleur ocre dessinant les gorgones de corail. Graphique, laissant passer l'air et la vue, la résille en béton qui enveloppe le bâtiment attire le regard de l'extérieur vers l'intérieur, et cache celui des résidents — chercheurs, étudiants et professeurs, protégeant ainsi leur intimité.
Ecouter le podcast
Voir le diaporama