Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ExpositionJusqu'au 6 janvier, l'exposition « L'Ornement est un crime » retrace l'histoire du design et des arts décoratifs en France de 1910 à 1970.
Affiche de l'exposition "L' ornement est un crime" à la Cité du Design de Saint-Etienne
Affiche de l'exposition "L' ornement est un crime" à la Cité du Design de Saint-Etienne
Lancer le diaporama en plein écran

Du 30 juin 2018 au 6 janvier 2019, la Cité du design de Saint-Etienne reçoit l’exposition « L’ ornement est un crime ». Un événement puisqu’il s’agit de la quatrième plus grande collection de France, avec près de 2 000 pièces rassemblées par le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne Métropole.

Le titre provocateur de l’exposition renvoie à l’ouvrage de l’architecte et designer autrichien, Adolf Loos, Ornement et Crime (1908), dans lequel il dénonce l’ornement comme un état inférieur de la civilisation. Le début du XXe siècle est alors marqué par le rejet radical de tout décor dans la production artistique.

Platine type PC3SV de RAMS Dieter, WAGENFELD Wilhelm, MÜLLER Gerd Alfred -1959 | Acrylonitrile butadiène styrène (ABS) | ©Dieter Rams, ©Adagp, Paris, ©Braun Gmbh ©photo Yves Bresson/MAMC+ | Collection du MAMC+ Saint-Etienne Métropole

Eradiquer l’ornement au profit d’un art pur

Tandis que l’ornement symbolise l’inutile, le bourgeois et le primitif, les productions modernes s’accompagnent de formes simples et géométriques, avec des matériaux bruts et des couleurs primaires. Une valorisation du support qui témoigne par ailleurs d’une standardisation des pièces et d’une ambition de démocratisation des arts décoratifs.

Robot Presse-agrumes Tilt Top de WHITFILL Elton F- 1948 | Métal chromé, nickelé et laqué de couleur bleue | © droits réservés ©photo Yves Bresson/MAMC+ | Collection du MAMC+ Saint-Etienne Métropole

Une doctrine fonctionnaliste portée par tout un courant d’artistes modernes auxquels se dédient les dix sections de l’exposition. Ainsi le parcours rassemble les pièces d’artistes tels que Le Corbusier, Jean Prouvé ou encore Josef Hoffmann.

Cet art de vivre alliant le beau et l’utile deviendra progressivement au long du XXe siècle le nouvel académisme, jusqu’aux grands bouleversements sociaux et artistiques de la fin des années 1960.

Fauteuil Ribbon chair de PAULIN Pierre - 1966 | Armature en tube d'acier, piétement en bois laqué, garniture en mousse latex, revêtement jersey de polyamide | © Pierre Paulin © SAIF ©photo : Yves Bresson/MAMC+ | Collection du MAMC+ Saint-Etienne Métropole

Marie-lys de Saint Salvy
sur images.archi
Diaporama
Espaces et transparence
Siège social au*m à Lyon | au*m architectes
À Lyon, l'agence d'architectes au*m Pierre Minassian conçoit son propre siège social, un immeuble de bureaux contemporain en béton brut à l'image de l'approche architecturale de son équipe. Un projet qui démarre lors de la découverte d'une friche urbaine laissée à l'abandon, un lieu de réflexion urbaine sensible et représentatif des enjeux de revalorisation des périphéries de villes actuelles. Les architectes ont ainsi projeté le bâtiment, par sa structure et sa transparence, en tant que signal dans la ville, l'aboutissement d'une forme génératrice d'espaces et d'usages.
Ecouter le podcast
Voir le diaporama