Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
Derniers joursDans une scénographie théâtrale, le Grand Palais propose, pour quelques semaines encore, de découvrir un paysage urbain où l'effervescence artistique et le faste sont à leur apogée.
Affiche de l'exposition "Éblouissante Venise. Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle" au Grand Palais jusqu'au 21 janvier
Affiche de l'exposition "Éblouissante Venise. Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle" au Grand Palais jusqu'au 21 janvier
Lancer le diaporama en plein écran

Jusqu’au 21 janvier 2019, le Grand Palais à Paris nous propose de découvrir un paysage urbain où l’effervescence artistique et le faste sont à leur apogée. Des décors, des objets, des peintures, des sculptures et même des maquettes de palais témoignent d’une richesse qui a marqué Venise et imprégné l’Europe.

Une immersion dans « l’atmosphère » vénitienne

Avant même de pénétrer les murs du Grand Palais, tout nous est déjà suggéré par l’affiche qui présente l’événement : une vue de Venise, les ampoules de la fête, le mystère caché derrière un léger voile rouge. Plus tard, nous sommes accueillis par des décors aux couleurs chaudes : Venise est là, avec sa lumière et ses couleurs.

CANALETTO L'entrée du Grand Canal avec Santa Maria della depuis le Mole - Exposition "Éblouissante Venise. Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle" au Grand Palais jusqu'au 21 janvier

Le paysage est reconstitué minutieusement sur des tableaux peints sur le vif à un instant donné, les « vedute » - une nouveauté à l’époque. Les personnages sont dans l’action, la ville est en pleine effervescence, l’animation dépasse le cadre et l’effet attendu se produit : l’envie d’y aller, de visiter et d’en connaître un peu plus.

Une invitation au plaisir

Les salles suivantes révèlent une invitation au plaisir. Dans la musique d’abord, qui atteint son apogée aussi bien au niveau de la qualité des instruments exposés que dans les concerts. Dans le théâtre également, qui dépasse le cadre des salles officielles pour se produire dans la rue.

Plaisir aussi qu’offrent la richesse dans les palais et les décors à l’extérieur autant qu’à l’intérieur. La peinture est toujours là pour témoigner, mais objets, maquettes, sculptures, et pièces décoratives rendent ce luxe et ce dynamisme intellectuel plus concrets.

GUARDI il ridotto palazzo Dandolo - Exposition "Éblouissante Venise. Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle" au Grand Palais jusqu'au 21 janvier

Une scénographie envoûtante

Au son de la musique et au bruit de l’eau, emblèmes de Venise, nous entrons dans une ville en fête où chaque célébration devient évènement, dans une ville riche en oeuvres d’art, une ville de loisirs où le spectacle s’adresse à tous et où la vitalité artistique fuse.

Les décors insolites, les projections de pièces de théâtre surprennent, tout le parcours invite à un transfert dans l’imaginaire, pour une identification aux passants de l’époque interpellés un peu partout dans la ville.

CARLEVARIJS entrée du comte de Cergy - Exposition "Éblouissante Venise. Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle" au Grand Palais jusqu'au 21 janvier

Et pourtant...

Rien ne laisse présager le déclin de Venise, et pourtant, la ville a perdu de sa gouverne à la fin du 18ème siècle. La crise économique puis le bouleversement politique ébranlent son attractivité. Mais le mythe perdure, comme le souligne la dernière salle de l’exposition.

Et aujourd’hui encore, Venise fascine autant mais différemment : le Palais des Doges, les gondoles sur la lagune, la musique de Vivaldi sur la place Saint-Marc, la Mostra... Venise reste toujours un passage obligé. Et le restera sans doute encore, quel que soit le prix du ticket d'entrée...

TIEPOLO Scène de carnaval ou Le menuet - Exposition "Éblouissante Venise. Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle" au Grand Palais jusqu'au 21 janvier

Nicole Hayat
sur images.archi
Diaporama
Le bon compromis
Repos Maternel à Gradignan | Marjan Hessamfar & Joe Vérons architectes associés
À Gradignan, dans le sud-ouest de la France, l’agence Marjan Hessamfar & Joe Vérons architectes associés, modernise et agrandit le repos maternel, un centre d’accueil des femmes enceintes en grande précarité. Dans un soucis de respect des qualités architecturales et paysagères du château existant et son parc, les architectes imaginent une première extension semi-enterrée. Développée autour d’un patio central et couverte d’une toiture végétalisée, elle offre un compromis entre discrétion et confort visuel. Elle se complète d’un second volume autonome de type « petite maison » implanté à proximité du château.
Ecouter le podcast
Voir le diaporama