Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ConcoursOrganisée du 7 décembre au 1er mars 2019, la 5ème édition d'Archidéelles dévoilait récemment son palmarès. L'occasion de revenir sur l'organisation du concours, ses participants et son jury, en photos et en vidéos.
Le jury regroupait Jérôme de Alzua, Guillaume Héquet, Françoise N'Thepe, Younes Chikhi, Annabelle Maze, Maxime Bitter, David Abittan, Marie-Douce Albert, François Dutilleul, Isabelle le Saux, Audrey Roussel © Maxime Dufour Photographies
Le jury regroupait Jérôme de Alzua, Guillaume Héquet, Françoise N'Thepe, Younes Chikhi, Annabelle Maze, Maxime Bitter, David Abittan, Marie-Douce Albert, François Dutilleul, Isabelle le Saux, Audrey Roussel © Maxime Dufour Photographies
Lancer le diaporama en plein écran

La 5ème édition du concours Archidéelles était organisée du 7 décembre au 1er mars. À l’initiative du groupe de BTP Rabot-Dutilleul, il vise à développer de nouvelles idées sur l’aménagement du territoire et accompagner les architectes, designer, urbanistes et paysagistes en devenir.

Cette année, les candidats étaient amenés à réfléchir à la redynamisation des grands boulevards qui structurent nos métropoles. De manière plus concrète, les réflexions portaient sur trois axes distincts qui se répartissent selon trois grandes villes françaises : Lille, Paris et Marseille.

Le prix vu par les organisateurs

François Dutilleul, président de l'entreprise Rabot Dutilleul et président du jury :

“L'objectif du concours Archidéelles, c'est de susciter une réflexion qui sera amenée à se prolonger dans le temps”

Le prix vu par l'un des membres du jury

David Abittan, rédacteur en chef de tema.archi :

“À travers leurs projets, les participants ont fait preuve d'une réflexion autour de la question de l'adaptation des villes, et notamment au niveau des infrastructures pour penser le boulevard de demain.”

Réuni le 21 mars au WAAO de Lille, le jury auditionnait les 9 candidats dont les projets étaient sélectionnés dans le cadre de l'appel à idées. Il était composé à la fois de dirigeants de grands groupes immobiliers, d’architectes reconnus, de partenaires clés mais aussi de journalistes spécialisés.

Archidéelles vu par les participants

Olga Tolmacheva pour le projet Tout l'espace :

“Je travaille sur l'architecture éphémère autour de la question de savoir comment envisager la création de nouveaux liens entre les habitants et l'espace public”

Le palmarès du concours Archidéelles

Le 1er prix : Le grand boulevard, un vecteur de lieux d’intensités par Lucile de Gori de l'École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille

“L’intention du projet est de conserver la capacité liante du grand boulevard en lui redonnant sa fonction de lieu d’intensités”

Le grand boulevard est un projet ambitieux qui a été fortement contrarié par l’urbanisme du 20ème siècle dédié à l’essor de la voiture. Aujourd'hui, il s’agit de déployer les activités du grand boulevard et de le rendre visible. Il convient également d'en diversifier diversifiant les usages pour enfin mettre en lien les espaces.

Le 2ème prix : Du grand boulevard au(x) grand(s) boulevard(s) par Manon Chapurlat et Timothée Lunel de l'Université Catholique de Louvain

“Archidéelles nous a permis de répondre à une problématique d'aujourd'hui et de mener une réflexion qui touche énormément de contextes urbains.”

S’adapter au contexte urbain, c’est d’abord réaffirmer l’identité de chaque ville traversée par le boulevard. La structure du boulevard se modifie à chaque ville qu’il traverse, favorisant le paysage et l’environnement pour l‘une, les espaces publics pour l’autre, ou encore les commerces de proximité pour la troisième.

Le 3ème prix : Le boulevard grand Y par Lucie Courteaux de l'Université Toulouse 2 et Thibaut Vullin de l'Université d’Orléans

Projet lauréat du concours Archidéelles : 3ème prix - Photo via Archidéelles

La fonction transports demeurent la raison d’être du grand boulevard. C’est néanmoins en les repensant techniquement, en envisageant une moindre place dévolue aux mobilités qu’il est possible de penser d’autres usages. 

Plus de places, de confort, d’agrément et de sécurité peuvent être offerts aux modes doux : cyclistes, trottinettes, segway permettent dorénavant d’accroître le rayon des mobilités quotidiennes sans recourir à la voiture.

La rédaction tient à préciser que cet article est écrit dans le cadre d'un partenariat entre tema.archi et le concours Archidéelles.

Marie Crabié
sur images.archi
Diaporama
Espaces et transparence
Siège social au*m à Lyon | au*m architectes
À Lyon, l'agence d'architectes au*m Pierre Minassian conçoit son propre siège social, un immeuble de bureaux contemporain en béton brut à l'image de l'approche architecturale de son équipe. Un projet qui démarre lors de la découverte d'une friche urbaine laissée à l'abandon, un lieu de réflexion urbaine sensible et représentatif des enjeux de revalorisation des périphéries de villes actuelles. Les architectes ont ainsi projeté le bâtiment, par sa structure et sa transparence, en tant que signal dans la ville, l'aboutissement d'une forme génératrice d'espaces et d'usages.
Ecouter le podcast
Voir le diaporama