Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ConcoursUn concours d'architecture est organisé pour la réhabilitation de la Tour Montparnasse à Paris. Sept candidatures avaient été retenues en octobre dernier parmi lesquelles Architecture Studio, Dominique Perrault, MAD ou OMA. Les deux équipes finalistes viennent d'être révélées hier en fin de journée, et elles ne faisaient pas partie des plus grosses agences de la compétition.
Tour Montparnasse - via demain-montparnasse.com
Tour Montparnasse - via demain-montparnasse.com
Lancer le diaporama en plein écran

Lancé en juin 2016, le concours international avait retenu 7 agences pour le second tour de la compétition, qui s’est déroulée entre octobre 2016 et fin mai 2017. Composées d’expertises pluridisciplinaires, chaque équipe avait pour objectif de « redonner une identité forte, innovante, dynamique et ambitieuse à la Tour Montparnasse », tout en y intégrant les enjeux d’usage, de confort et de performance énergétique.

Après de multiples rencontres et échanges, Studio Gang et nouvelle AOM ont donc été retenus comme finalistes pour ce projet estimé à plus de 300 millions d’euros, financé à 100% par les copropriétaires de la Tour Montparnasse.

Groupement d’architectes français réunissant Franklin Azzi, Fréderic Chartier, Pascale Dalix, Mathurin Hardel et Cyrille Le bihan, la nouvelle AOM - nouvelle Agence pour l’Opération Maine-Montparnasse - est l’association de 3 agences d’architecture parisiennes dont les fondateurs sont nés dans les années 1970, chacun reconnu pour des réalisations d’exception.

D’origine américaine et porté par Jeanne Gang, sa fondatrice, Studio Gang est aujourd’hui reconnu et plébiscité pour ses réalisations partout dans le monde, dont de nombreux projets urbains de grande hauteur, devant associer l’ensemble des enjeux et contraintes liés.

La troisième étape du concours international est lancée. Les 2 candidats finalistes devront affiner leur projet. La désignation définitive du lauréat est prévue pour la deuxième quinzaine de septembre 2017, avec pour objectif le début des travaux en 2019 et une réalisation achevée à horizon 2023.

La rédaction tient à préciser que tout ou partie de cet article est extrait d'un communiqué de presse

sur actu.archi
Revue de presse
Publication : "Habiter le monde" de Philippe Simay présente des lieux insolites qui invitent à repenser l'écologie
Les effets de l’urbanisation et du changement climatique convergent de manière dangereuse. Les villes sont fortement vulnérables aux changements climatiques et vont devoir s’adapter. Selon l’ONU, des centaines de millions de personnes dans les zones urbaines à travers le monde seront affectées par la hausse du niveau des mers, l’augmentation des précipitations, les inondations, les cyclones, les tempêtes plus fréquentes et plus fortes, les périodes de chaleur extrême et de refroidissement. Mais aussi les changements de vie en société comme le nouveau rapport au travail, à la société de loisirs, au bien-être, etc. Pourtant, à travers le monde, certaines villes déjà ont anticipé cette adaptation. Philippe Simay, dans son livre Habiter le monde (ARTE Editions), nous entraîne dans une épopée de l’habitat humain où l’homme a su s’approprier un espace pour y vivre en sécurité, en société et en harmonie avec l’environnement. « Car habiter c’est prendre soin du monde et de soi-même ».
Ecouter le podcast
Voir le diaporama