Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ExpositionLa cathédrale Notre-Dame de Paris s'embrasait le 15 avril 2019 sous les yeux de nombreux badauds. Une exposition, des témoignages de spectateurs et la confirmation d'une reconstruction en 5 ans : on fait le point sur la situation 366 jours plus tard.
Notre-Dame de Paris, 15 avril 2019 © achilebird (CC BY-NC-ND 2.0)
Notre-Dame de Paris, 15 avril 2019 © achilebird (CC BY-NC-ND 2.0)
Lancer le diaporama en plein écran

Lundi 15 avril 2019, un peu après 18 heures. L'alarme de Notre-Dame retentit. Déjà, les flammes s'emparent de la toiture de plomb de la cathédrale puis de sa charpente que tout le monde connaît désormais sous le nom de «forêt de Notre-Dame». L'édifice change alors de visage.

Si ce lundi les nuages ont laissé place à un ciel bleu propice à une fin de journée sur les quais de Seine, c’est finalement un tout autre spectacle auquel de nombreux badauds assistent, choqués, attentifs, émus.

Les yeux rivés sur Notre-Dame

Retraités, photographes, conseiller de la mairie de Paris, professeur, touriste, chacun racontent pour France Info, cette soirée, cette nuit même, durant laquelle pas moins de 400 pompiers tentent avec toute la précaution possible, d’éteindre le feu qui sans faire de victime, « emporte la charpente, la toiture en plomb, la flèche et une partie de la voûte de l'emblématique cathédrale gothique » évitant ainsi l’effondrement de l'édifice dont les fondations sont soumises à rude épreuve. Guy, habitant du quartier se souvient :

“Lorsque la flèche tombe, il y a un énorme mouvement de foule et un tel cri que je pense qu'il y a eu un accident place du Châtelet, où je suis. Un champignon de fumée jaunâtre s'élève dans le ciel au-dessus de Notre-Dame, je n'ai jamais vu ça.”

Ce soir-là, l’emploi du temps du chef de l'État s’en trouve bouleversé, si bien qu’il annonce depuis le parvis de la Cathédrale à 23h30 « s'engager à lancer dès le lendemain une souscription nationale » relate Le Figaro dans ses pages. « Comme tous nos compatriotes, je suis triste ce soir de voir brûler cette part de nous. [...] Cette cathédrale Notre-Dame, nous la rebâtirons. Tous ensemble. C’est une part de notre destin français », déclare Emmanuel Macron.

Notre-Dame de Paris, 15 avril 2019 © achilebird (CC BY-NC-ND 2.0)

Son ambition : reconstruire Notre-Dame en cinq ans. Un pari risqué pour la plupart des experts qui ne cachent pas leurs inquiétudes quant à la possibilité technique de réaliser un tel exploit.

366 jours après

366 jours après ce drame, où en est-on ? Dans une vidéo postée sur le site de l’Elysée, le chef de l'État réitère son souhait et affirme que « tout » sera fait pour reconstruire Notre-Dame en cinq ans. « Bien sûr, le chantier est en suspens en ce moment du fait de la crise sanitaire, mais il redémarrera dès que ce sera possible », ajoute-t-il.

À l'arrêt depuis le 16 mars pour ainsi éviter tous risques de contamination des ouvriers et compagnons mobilisés, le chantier n'en est pourtant qu'à l'étape de consolidation et de sécurisation du monument. Comme le précise France Info, cette complication vient s'ajouter à de nombreuses autres, le chantier ayant déjà été suspendu plusieurs fois au cours de l'année notamment en raison des intempéries.

« À l'automne et à l'hiver, les intempéries ont bloqué les travaux, chaque fois notamment que les vents soufflaient à plus 40 km/h. Alors que le printemps se profilait, le démarrage du démontage des 10.000 tubes de l'échafaudage tordus et soudés par le feu était imminent. Le confinement ne l’a pas permis, plongeant le chantier dans le sommeil. »

Une exposition pour raconter le monument

Désormais partie intégrante du récit du monument, cet incendie nous amène à nous interroger sur notre attachement à l'édifice lui-même, ce « cœur battant de l’histoire de France » selon François Reynaert pour L'Obs.

Une histoire longue de huit siècles que Paris Musées nous propose de redécouvrir au travers de ses collections mises en ligne ce 15 avril 2020, une sélection de plus de 100 reproductions d’œuvres, de toutes époques, conservées dans les musées de la Ville de Paris et qui permet de parcourir les grands événements dont Notre-Dame a été le témoin.

Victor Hugo et Notre-Dame © Paris Musées

Le parcours virtuel invite ainsi à découvrir le changement d’état du monument, de la cathédrale gothique au monument historique devenu le plus fréquenté de la capitale attirant près de 12 millions de personnes chaque année. Lieu de culte, symbole de pouvoir et référence nationale, Notre-Dame a aussi inspiré de nombreux artistes parmi lesquels Victor Hugo dont l’œuvre majeure constitue un hommage mais aussi un manifeste pour sa préservation.

Marie Crabié
En lien
sur images.archi
Diaporama
Le bon compromis
Repos Maternel à Gradignan | Marjan Hessamfar & Joe Vérons architectes associés
À Gradignan, dans le sud-ouest de la France, l’agence Marjan Hessamfar & Joe Vérons architectes associés, modernise et agrandit le repos maternel, un centre d’accueil des femmes enceintes en grande précarité. Dans un soucis de respect des qualités architecturales et paysagères du château existant et son parc, les architectes imaginent une première extension semi-enterrée. Développée autour d’un patio central et couverte d’une toiture végétalisée, elle offre un compromis entre discrétion et confort visuel. Elle se complète d’un second volume autonome de type « petite maison » implanté à proximité du château.
Ecouter le podcast
Voir le diaporama