Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
PétitionDans le quartier de la Cité radieuse, les habitants se mobilisent contre le Plan Local d'Urbanisme Intercommunal piloté par la métropole, qui vise à réaménager le secteur.
Le montage photo avec les chantiers prévus dans le cadre du PLUI - Photo : Ph. Bernon via http://m.lamarseillaise.fr
Le montage photo avec les chantiers prévus dans le cadre du PLUI - Photo : Ph. Bernon via http://m.lamarseillaise.fr
Lancer le diaporama en plein écran

À Marseille, le quartier Michelet pourrait se voir transformer à l’occasion de l'Opération d’Aménagement et de Programmation (OAP) lancée dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) et pilotée par la métropole.

Les habitants du secteur estiment que le projet prévoit une densification horizontale et verticale excessive de l'ensemble qui aurait des impacts négatifs multiples sur la vie du quartier. 

Ce que prévoit le plan d'urbanisme

Dans le secteur de la Cité radieuse compris entre Sainte Anne et l’Huveaune, le plan prévoit la création au total, de 4000 à 6000 logements supplémentaires selon les informations communiquées par le collectif Les Amis de Michelet - Ste Anne - Le Corbusier qui conteste le projet.

Le périmètre de construction étant restreint, le projet envisage de concevoir des immeubles de 8 étages ainsi que 3 tourelles qui devraient atteindre 54 mètres de hauteur, soit seulement deux mètres de moins que la Cité radieuse de Le Corbusier.

Les habitants contestent le projet

En réaction à cette annonce, le collectif susmentionné a lancé début février une pétition sur change.org pour contester ce « projet pharaonique ». Différents aspects du projet posent problème.

D’abord, le nombre de logements prévu serait trop élevé au regard de la surface allouée à la construction. Selon les membres à l’origine de la pétition, le plan d'urbanisme prévoit en effet la conception de 50% de logements en plus dans le secteur.

Les habitants déplorent également un manque d’infrastructures publiques prévues dans le cadre du projet. Ils font part de leurs inquiétudes quant au déficit de transport, de zones de stationnement ou encore d'espaces verts face aux besoins futurs du quartier.

Un enjeu patrimonial

Mais c’est également un enjeu patrimonial qui agite les habitants, si la Cité radieuse, par ailleurs classée aux monuments historiques, venait à être « enserrée entre de denses ilots de 8 étages .» 

Cela pourrait avoir pour conséquence de boucher partiellement les perspectives de vue sur l'édifice classé et remettrait vivement en cause les engagements de la collectivité de mise en valeur du patrimoine que constitue le bâtiment.

Sachant qu'il fait par ailleurs partie de "l’Œuvre architecturale de Le Corbusier" inscrite en juillet 2016 au patrimoine mondial de l'Unesco, l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) en charge du projet appuie cet argument dans ses propos rapportés par  MarsActu :

" [ Le maillage des immeubles ] est jugé incompatible avec les attendus de protection et de mise en valeur de la Cité radieuse dans le contexte de son inscription au patrimoine mondial de l'Unesco."

La Cité radieuse (Marseille) - Arch. Le Corbusier - Photo : Michel-Georges Bernard (CC BY-SA 3.0)

La pétition lancée début février, a recueilli plus de 1500 signatures à ce jour. Encore à l'état de projet, le plan d'urbanisme devrait faire l'objet d'un débat dans le cadre de l'enquête publique lancée autour du PLUI et ouverte jusqu'au 4 mars. Elle devrait permettre au collectif d'exprimer ses inquiétudes vis-à-vis du projet.

Marie Crabié
sur actu.archi
Revue de presse
Publication : "Habiter le monde" de Philippe Simay présente des lieux insolites qui invitent à repenser l'écologie
Les effets de l’urbanisation et du changement climatique convergent de manière dangereuse. Les villes sont fortement vulnérables aux changements climatiques et vont devoir s’adapter. Selon l’ONU, des centaines de millions de personnes dans les zones urbaines à travers le monde seront affectées par la hausse du niveau des mers, l’augmentation des précipitations, les inondations, les cyclones, les tempêtes plus fréquentes et plus fortes, les périodes de chaleur extrême et de refroidissement. Mais aussi les changements de vie en société comme le nouveau rapport au travail, à la société de loisirs, au bien-être, etc. Pourtant, à travers le monde, certaines villes déjà ont anticipé cette adaptation. Philippe Simay, dans son livre Habiter le monde (ARTE Editions), nous entraîne dans une épopée de l’habitat humain où l’homme a su s’approprier un espace pour y vivre en sécurité, en société et en harmonie avec l’environnement. « Car habiter c’est prendre soin du monde et de soi-même ».
Ecouter le podcast
Voir le diaporama