Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
Vu à la téléLa série Mon beau village est diffusée chaque dimanche matin depuis le 2 septembre sur Arte. Elle donne chaque semaine la parole à un enfant du globe qui nous raconte son quotidien.
Extrait de l'épisode "Au Ladakh, Inde" - Photo © chromatiques
Extrait de l'épisode "Au Ladakh, Inde" - Photo © chromatiques
Lancer le diaporama en plein écran

Donner la parole aux enfants est chose rare. On parle d’eux, on prétend savoir. Écouter les enfants parler, s'exprimer, se confier, c'est l'objectif de la série Mon beau village diffusée sur Arte depuis le 2 septembre à 8H40 tous les dimanches.

Dans le quotidien d'un enfant

L’émission s’attache à suivre un enfant dans son quotidien, son univers. Il nous explique d’où il vient, nous parle de son village, de ses habitudes et de ses proches. Il prend le temps de rêver à une autre vie et nous emmène à la découverte de ses envies.

Cette nouvelle saison a débuté en Islande avant de se poursuivre au Maroc, en Inde et au Sénégal, en passant par l’Équateur et le Chili. Les épisodes sont à revoir en replay pendant 30 jours sur le site Arte.fr

Les épisodes à venir et à revoir en replay

Dimanche 16 septembre - dans le Chouf, au Liban

Dimanche 23 septembre - au Ladakh, Inde

Dimanche 30 septembre - dans le désert d'Atacama, Chili

Dimanche 7 octobre - aux Émirats Arabes

Dimanche 14 octobre - en Équateur

Dimanche 31 octobre - en tribu Kanake, Nouvelle-Calédonie

Dimanche 28 octobre - au Sénégal

Marie Crabié
sur images.archi
Diaporama
Déshabillez-moi !
Réaménagement Rohan 1 & 2 au Musée des Arts Décoratifs à Paris | Bien Urbain - atelier d’architecture
À la fois discrète et minutieuse, l'intervention de l'agence Bien Urbain et du Studio Adrien Gardère dans les espaces d'exposition dédiés à la mode du Musée des Arts Décoratifs de Paris révèle le caractère majestueux du bâtiment existant. Pour mettre en valeur les caractéristiques de la structure masquée par les interventions des années 90, les architectes ont d'abord purgé le bâtiment. Laissés à l'état brut, les plafonds, les murs et les sols ont été complétés d'un escalier reliant les deux niveaux et aménagés de vitrines modulables. Offrant un maximum de liberté et de flexibilité aux futurs scénographes, ce dispositif répond à l'objectif de doter le musée d'une véritable « machine à exposer ».
Ecouter le podcast
Voir le diaporama