Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ExpositionOrganisée en deux volets, l'exposition Arrival Cities est présentée jusqu'au 10 mai à la Maison de l'Architecture et de la Ville de Marseille, ainsi qu'à la Friche la Belle de Mai. L'événement interroge l'existence des quartiers d'arrivées, où s'installent des populations principalement étrangères, qui tentent de trouver leur place dans l'espace urbain.
L'exposition Arrival Cities, présentée à la Maison de l'Architecture et de la Ville PACA - Photo : MAV PACA
L'exposition Arrival Cities, présentée à la Maison de l'Architecture et de la Ville PACA - Photo : MAV PACA
Lancer le diaporama en plein écran

La Maison de l’Architecture et de la Ville de Marseille (MAVPACA) et la Friche La Belle de Mai accueillent l’exposition Arrival Cities, organisée en deux volets jusqu'au 10 mai.

Une ville dans la ville

L’événement invite à s’interroger sur l’existence et le rôle des « quartiers d’arrivées », véritables villes dans la ville sources de fractures sociales et géographiques importantes.

L'exposition Arrival Cities, présentée à la Maison de l'Architecture et de la Ville PACA - Photo : MAV PACA

Ces zones tampons s’inscrivent comme des espaces de transit où les populations saisissent leurs chances d’installation dans la densité urbaine. Comment l'architecture et l'urbanisme peuvent-ils alors contribuer au processus d'intégration de ces populations ?

Un angle transnational

La première partie de l’exposition Arrival Cities est présentée à la MAV PACA sous un angle transnational et documentaire. Elle invite le visiteur à découvrir les processus d’intégration des nouveaux arrivants mis en place dans les villes d’arrivée.

L'exposition Arrival Cities, présentée à la Maison de l'Architecture et de la Ville PACA - Photo : MAV PACA

Elle avait par ailleurs été montrée à la Biennale de l’Architecture de Venise en 2016 et organisée par le critique d’architecture Oliver Elsen au Pavillon Allemand.

Une approche locale

Le second volet de l’exposition est développé à la salle des machines, à la Friche la Belle de Mai avec une approche résolument plus locale du projet. C'est à travers le regard de Claude Horstmann, Lina Jabbour, Ymane Fakhir, Alessandro Bosetti et Oussama Tabti que la ville comme lieu d'arrivée est désormais observée.

Ces cinq artistes internationaux habitués de Marseille ont été invités à réfléchir à leur perception de la ville comme lieu d'arrivée, d'accueil et de transit. Une installation imaginée par Alain Paire, Nicolas Mémain et Thierry Durousseau est également présentée sur place.

Claude Horstmann, de la série M, 2013 (diaporama, images prises à Marseille 2001-2010) - Crédit : Goethe Institut-Marseille

L’exposition est un projet du Goethe-Institut Marseille, réalisée en collaboration avec la MAV PACA et la Friche la Belle de Mai et soutenu par le Ministère allemand de l’Environnement. Tables rondes, visites guidées ou encore projections seront organisées sur toute la durée de l'événement.

La rédaction tient à préciser que tout ou partie de cet article est extrait d'un communiqué de presse

Dans l'agenda
Du jeudi 14 mars 2019 au vendredi 10 mai 2019
Arrival Cities
Maison de l’Architecture et de la Ville de Marseille
12 Boulevard Théodore Thurner, 13006 Marseille
Organisée en deux volets, l'exposition Arrival Cities est présentée jusqu'au 10 mai à la Maison de l’Architecture et de la Ville de Marseille, ainsi qu'à la Friche la Belle de Mai. L'événement interroge l'existence des quartiers d'arrivées, où s'installent des populations principalement étrangères, qui tentent de trouver leur place dans l'espace urbain.
Du samedi 16 mars 2019 au dimanche 28 avril 2019
Arrival Cities
Friche la Belle de Mai
41, rue Jobin, 13003 Marseille
Organisée en deux volets, l'exposition Arrival Cities est présentée jusqu'au 10 mai à la Maison de l’Architecture et de la Ville de Marseille, ainsi qu'à la Friche la Belle de Mai. L'événement interroge l'existence des quartiers d'arrivées, où s'installent des populations principalement étrangères, qui tentent de trouver leur place dans l'espace urbain.
sur actu.archi
Revue de presse
Publication : "Habiter le monde" de Philippe Simay présente des lieux insolites qui invitent à repenser l'écologie
Les effets de l’urbanisation et du changement climatique convergent de manière dangereuse. Les villes sont fortement vulnérables aux changements climatiques et vont devoir s’adapter. Selon l’ONU, des centaines de millions de personnes dans les zones urbaines à travers le monde seront affectées par la hausse du niveau des mers, l’augmentation des précipitations, les inondations, les cyclones, les tempêtes plus fréquentes et plus fortes, les périodes de chaleur extrême et de refroidissement. Mais aussi les changements de vie en société comme le nouveau rapport au travail, à la société de loisirs, au bien-être, etc. Pourtant, à travers le monde, certaines villes déjà ont anticipé cette adaptation. Philippe Simay, dans son livre Habiter le monde (ARTE Editions), nous entraîne dans une épopée de l’habitat humain où l’homme a su s’approprier un espace pour y vivre en sécurité, en société et en harmonie avec l’environnement. « Car habiter c’est prendre soin du monde et de soi-même ».
Ecouter le podcast
Voir le diaporama