Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
Nouveaux outilsÀ mesure que les outils numériques se développent, les architectes voient les méthodes d'accès à la commande évoluer. Une opportunité dont se saisissent particulièrement les plus jeunes d'entre eux.
Ces plateformes de mise en relation entre architectes et maîtres d'ouvrages constituent de nouveaux acteurs dans l'accès à la commande des architectes - Images : Capture d'écran des sites web
Ces plateformes de mise en relation entre architectes et maîtres d'ouvrages constituent de nouveaux acteurs dans l'accès à la commande des architectes - Images : Capture d'écran des sites web
Lancer le diaporama en plein écran

L’accès à la commande des architectes représente un enjeu majeur pour la profession. Désormais conscients de l’impact croissant du numérique sur leurs modes de travail, les jeunes architectes s’emparent des nouveaux outils à leur disposition pour trouver leur place sur le marché.

Repenser l’accès à la commande

Selon l’étude Archigraphie 2018, menée par le Conseil national de l’Ordre des Architectes (CNOA), la commande globale des architectes a connu une légère hausse depuis 2015 en dépit d’une baisse de 8% de la commande publique. Un chiffre qui appuie l’idée d’un intérêt croissant pour le « mieux construire » chez les particuliers en France, récemment révélé par le quotidien Le Monde.

Autour de l’enjeu de l’accès à la commande d’architecture, se structurent de nouveaux modes de travail. Comment rendre visible les valeurs de la profession ? Comment communiquer autour des projets ? Comment optimiser les techniques de travail des architectes ? Autant d’interrogations qui aujourd’hui tendent à reformuler les frontières de la profession et de son exercice.

Les architectes sont-ils inaccessibles ?

Les architectes ont longtemps souffert, et continuent de souffrir d’un déficit d’image. Pour pallier à ce manque de communication autour de la profession, le Conseil national de l’Ordre des Architectes affiche aujourd’hui sa détermination à provoquer la rencontre entre architectes et grand public, notamment au travers d'opérations portes ouvertes et de campagnes d’information à l'échelle nationale.

L’objectif ? Expliquer le coût réel d’une opération et atténuer l’image largement répandue d’une profession inaccessible. « Avec près de 30 000 architectes inscrits à l’Ordre des Architectes aujourd’hui, un client qui voudrait faire appel à un architecte ne sait pas comment s’y prendre » explique Simon Jézequel, architecte et co-fondateur d’Archibien, une plateforme de mise en relation entre architectes et particuliers. L’an passé sur les ondes de Charrette FM, émission enregistrée depuis l’école d’architecture de Saint-Étienne, le startuper explique le point de départ de la plateforme : 

« Les architectes communiquent souvent peu autour de leurs projets, ce n’est pas ce qui les intéresse. Archibien se charge de leur faciliter l’accès à la commande pour qu’ils se concentrent sur leurs dossiers. »

 

Offrir une visibilité aux architectes

Entre 2014 et 2016, trois autres plateformes se lancent notamment dans l’aventure. Rencontreunarchi, BAM because architecture matters et Archidvisor partent d’un même constat : le déficit d’image qui pénalise les architectes dans l’accès à la commande. Mathias Bouthier, co-fondateur de BAM raconte :

« Quand on a lancé BAM, il y avait d'abord la conjoncture de l'époque, mais aussi un gros manque de communication autour des projets des uns et des autres. »

Une communication qui passe aujourd’hui de plus en plus par le web. « C’est un vrai enjeu pour les architectes de se rendre visible » explique Adrien Martin d’Archidvisor, « l’Ordre des Architectes révélait il y a peu de temps qu’un architecte sur deux ne détient pas de site internet » ajoute-t-il.

Un constat que de nombreux jeunes architectes ont intégré, « développer l’image c’est hyper-important » confirme Pauline Borgia, fondatrice de l’Atelier Steve qui compte à ce jour près de 12 000 followers sur Instagram. Si elle obtient ses premières commandes par le biais de son réseau personnel, Internet lui permet rapidement de communiquer autour des projets que l'agence entreprend et de trouver de nouveaux clients.

« Instagram est utile pour faire perdurer le lien avec notre communauté et de progressivement l’agrandir » raconte la jeune femme. D’autres architectes ont adopté cette stratégie de communication selon Pauline Borgia, qui, ces dernières années, a vu fleurir les publications de nouvelles agences sur Instagram.

Publication Instagram de l'Atelier Steve du 01/02/2019

Optimiser le travail des architectes

Selon le dernier rapport du CNOA sur les nouveaux modes de collaboration des architectes, le développement du numérique a provoqué l’entrée progressive de nouveaux outils dans l’exercice de la profession. Si Internet a pu permettre à de jeunes architectes de développer leur réseau professionnel via les réseaux sociaux, le numérique offre par ailleurs la possibilité d’optimiser les étapes d’un projet d’architecture dans sa globalité : références, plateformes de partage, BIM* sont des outils qui commencent à se démocratiser dans les pratiques quotidiennes des architectes.

Les plateformes d’intermédiation susmentionnées se sont également positionnées sur ce créneau. En témoigne Geoffroy Boucher, architecte de l’agence YUA créée il y a deux ans et qui travaille avec BAM :

« La vraie plus-value c’est les services proposés, un référencement d’entreprise, l’organisation de concours privés, ce genre de choses. »

Des services qui ont néanmoins un coût pour les architectes « surtout lorsqu’on débute et que l’on travaille sur de petites réalisations », argumente-t-il. Variant d'une plateforme à l'autre, ils gardent toujours l'ambition d'ouvrir de nouvelles opportunités aux agences d'architecture quelque soit leur taille ou réseau professionnel.

Mais si ces plateformes permettent de lancer l’activité de certains architectes entrants sur le marché, il convient de nuancer leur impact dans l'accès à la commande de jeunes agences. « Notre objectif est avant tout de faire correspondre les attentes de notre client avec le savoir-faire d'un architecte » explique Benjamin Lazimi, co-fondateur de Rencontreunarchi, le référencement et l'expérience des agences d'architecture aidant.

L’heure est à la collaboration

En parallèle du développement de ces nouveaux acteurs qui se font l’intermédiaire entre un professionnel et son client, la collaboration entre architectes se trouve progressivement favorisée par l’utilisation d’outils numériques. Toujours selon l’étude menée par le CNOA, pas moins d’un tiers des architectes affirme avoir régulièrement recours à une plateforme d’échange pour collaborer avec d’autres architectes, des entreprises ou des bureaux d’études.

Dans la même dynamique, le coworking, autrement dit le partage d’espaces de travail entre architectes tend également à progresser : 22 % des architectes interrogés dans le cadre de l’enquête commandée par l'Ordre des Architectes déclarent « coworker » régulièrement. Le recours aux réseaux sociaux et au partage de fichiers clients font également parties des modes de collaboration privilégiés par les architectes et rassemblent respectivement 16 % et 14 % des réponses des individus interrogés dans le cadre de l’étude.

Si certains y voient de nouvelles manières d’accéder à la commande et d’optimiser les techniques de travail des architectes, ces outils ne font toutefois pas l’unanimité dans la profession et opposent désormais largement les jeunes architectes (18 - 44 ans) aux plus âgés (45 - 64 ans). Comme l’explique le CNOA, un effectif important d’architectes devrait partir à la retraite dans les prochaines années et de conclure « on peut [donc] s’attendre à ce que [l’utilisation des outils numériques] augmente et que les nouveaux modes de collaboration se répandent davantage ».

*Le BIM est un outils de partage de données autour d'une maquette numérique

Marie Crabié
Dans l'agenda
Vendredi 22 février 2019 à 09h00
Les rencontres du numérique, organisées par l'Ordre des Architectes Île-de-France
Maison de l'architecture Île-de-France
148, rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris
Une journée dédiée aux outils numériques et collaboratifs adaptés à votre pratique professionnelle. Au programme : ateliers, conférence, démonstrations... Pour gagner du temps et faire de l'architecture ! Gratuit - Infos et inscriptions : https://fr.surveymonkey.com/r/CPRMNYQ
Mardi 19 mars 2019 à 11h00
Workshop : "Jeunes architectes, comment vous faire connaître ?"
Espace Commines
17, rue Commines, 75003
Plateformes, réseaux, concours et autres astuces - Dans le cadre des Rendez-vous de la Matières, qui se tiennent les 19 et 20 mars à l'Espace Commines à Paris. Workshop/Table ronde, en présence de Pauline Borgia, architecte d'intérieur et fondatrice de l'Atelier Steve, Mathias Boutier, fondateur et CEO de Because Architecture Matters, et un représentant du concours Archidéelles. Gratuit - Infos et inscriptions : http://www.rendezvousdelamatiere.com/fr/presentation/