Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ArchitectureAux quatre coins de la France, la commande de maison d'habitation au XXe siècle a inspiré aux architectes de nombreux principes et esthétiques innovantes, révolutionnant l'histoire de l'architecture.
La Villa Cavrois - Arch. Robert Mallet-Stevens © Fred Romero (CC BY 2.0)
La Villa Cavrois - Arch. Robert Mallet-Stevens © Fred Romero (CC BY 2.0)
Lancer le diaporama en plein écran

«La commande d'une habitation nous permet de formuler des idées et de développer des ensembles de règles dont nous espérons que notre travail futur bénéficiera longtemps» selon l'architecte américain Richard Meier, qui débute sa carrière aux côtés de Marcel Breuer avant de fonder sa propre agence en 1963 - et dont les propos sont repris dans l'ouvrage Maisons Cultes de Dominic Bradbury.

Véritable laboratoire d'idées pour les architectes et «échelle de conception la plus intime qu'il soit», la maison a toujours exercé un certain pouvoir, estime-t-il, «pour l'influence qu'elle a pu avoir sur les grandes étapes de l'histoire de l'architecture au cours des siècles».

Retour en images sur 14 réalisations qui continuent d'inspirer la profession.

La Villa Majorelle par Henri Sauvage

Villa Majorelle - Arch. Henri Sauvage © Siméon Levaillant

Construite à Nancy pour l’ébéniste Louis Majorelle, la villa est imaginée par Henri Sauvage en 1901 comme une œuvre d’art total et la première maison entièrement Art Nouveau de la ville. Modernité, dynamisme et simplicité non ostentatoire sont les maîtres mots qui guident le projet et inspirent à Henri Sauvage une fluidité des formes et des motifs décoratifs, ainsi qu’une articulation permanente des éléments de décor et de structure entre extérieur et intérieur de la villa. De nombreux artistes de l’École de Nancy ont également collaboré à ce projet, notamment Jacques Gruber pour les vitraux ou encore Henri Royer et Francis Jourdain pour les peintures. Depuis 1996, elle est classée au titre des monuments historiques. Le week-end du 15 et 16 février 2020 signe ainsi sa réouverture, après la réhabilitation d’une partie de ses espaces intérieurs. Retrouvez le projet en détails et en images sur notre diaporama.

La Villa Majorelle, 1 Rue Louis Majorelle, 54000 Nancy. Réouverture le week-end du 15 février 2020, du mercredi au dimanche de 14h à 18h pour les visites individuels, de 9h à 12h pour les visites en groupe.

La Villa Savoye par Le Corbusier

La Villa Savoye - Arch. Le Corbusier © End User (CC BY-ND 2.0)

Symbole d’avant-garde, la Villa Savoye baptisée « machine à habiter » par son concepteur Le Corbusier illustre les 5 principes sur lesquels repose selon lui l’architecture moderne : la structure sur pilotis, le toit-terrasse, le plan-libre, la façade libre et les fenêtres en bandeau. À l’origine conçue pour la famille Savoye qui projette d’y passer ses week-ends en 1931, la Villa Savoye répond moins aux attentes et besoins de ses propriétaires qu’au dessein de son architecte d’en faire sa villa idéale. Sauvée de la destruction par André Malraux en 1963, elle sera finalement classé au titre des monuments historiques en 1965. Plus de détails sur la villa sont à retrouver en images dans notre diaporama et en son dans la chronique consacrée de l'Été Archi qui était diffusée le 26 août 2017 sur France Inter.

La Villa Savoye, 82, rue de Villiers, 78 Poissy. Ouverte tous les jours sauf le lundi, 10h-17h. Tarif : 8€ (plein)

La Villa Cavrois par Robert Mallet-Stevens

La Villa Cavrois - Arch. Robert Mallet-Stevens © Fred Romero (CC BY 2.0)

La Villa Cavrois est conçue et édifiée en 1932 pour Paul Cavrois, industriel du textile du Nord, et sa famille. Œuvre emblématique de l’architecte Robert Mallet-Stevens, la demeure doit répondre à une commande guidée par « l’air, la lumière, le travail, le sport, l’hygiène, le confort et l’économie ». Imaginée comme une œuvre d’art total, elle représente ainsi l’aboutissement des réflexions esthétiques et techniques menées par l’architecte qui à cette époque, a déjà livré la Villa Noailles à Hyères (83). Abandonnée, squattée et saccagée dans les années 1980, la villa sera finalement classée au titre des monuments historiques en 1990. Un destin conté et détaillé dans une chronique de l'Été Archi qui était diffusée le 28 juin 2015 sur France Inter.

La Villa Cavrois, 60 Avenue John Fitzgerald Kennedy, 59170 Croix. Ouverte tous les jours sauf le lundi, 10h-18h. Tarifs : 8€ (plein)

La Maison Louis Carré par Alvar Aalto

La Maison Louis Carré - Arch. Alvar Aalto © August Fischer (CC BY-ND 2.0)

En lisière de la forêt de Rambouillet, l’avocat et galeriste Louis Carré commande dès l’été 1956 à Alvar Aalto - qu’il a rencontré à la Biennale de Venise, la réalisation de sa maison privée de plain-pied caractérisée par son toit en pente, recouvert d’ardoises bleues de Normandie. Ses murs extérieurs sont eux, fait de briques chaulées, de pierre de Chartres, de cuivre et de bois. À l’intérieur, l’aménagement est signé par Alvar Aalto et ses collaborateurs. Mobilier, luminaires, textiles : rien n’est laissé au hasard. Autour de la villa, une piscine creusée ainsi qu’un petit amphithéâtre avaient été dessinés pour les garden-parties de la famille. La demeure faisait l'objet d'un épisode du podcast Voyages d'architecture sorti en 2018.

La Maison Louis Carré, 2 Chemin du Saint-Sacrement, 78490 Bazoches-sur-Guyonne. Visite sur réservation. Tarifs : 15 € (plein)

La Villa Lemoine par Rem Koolhaas

À Floirac, Rem Koolhaas de l’agence OMA livre la Villa Lemoine en 1998 - qui lui vaudra cette année là une Équerre d’argent - dont l’architecture est directement influencé par la vie de la famille commanditaire. La proposition architecturale consiste en trois « maisons » superposées, trois parties aux ambiances et mises en œuvre architecturales bien distinctes. Au centre, une plateforme élévatrice permet au père de famille, victime d’un accident de voiture le rendant tétraplégique, d’accéder aux trois niveaux de la maison, faisant ainsi varier la luminosité des espaces, ainsi que le plan général. L’édifice est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 2002.

La Villa Lemoine, 2 chemin des Plateaux, 33270 Floirac, Gironde. Des visites sont organisées chaque année, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, par le Centre d’architecture Arc en rêve. Gratuit, sur inscription.

La Villa Kerylos par Emmanuel Pontremoli

La Villa Kerylos - Arch. Emmanuel Pontremoli © Fred Romero (CC BY 2.0)

À Beaulieu-sur-Mer, l’architecte Emmanuel Pontremoli en collaboration avec l’archéologue et mécène Théodore Reinach, imagine la Villa Kérylos comme une reconstitution de la maison de Délos, adaptée au confort du début du XXe siècle. Conçu entre 1902 et 1908, l’édifice, perché sur un promontoire rocheux surplombant la Méditerranée, témoigne à la fois d’une riche décoration intérieure et de façades austères caractéristiques de l’architecture « pittoresco-académique » à tendance néo-antique et Art nouveau. La villa sera classée dès 1966, au titre des monuments historiques et bénéficie du Label « Patrimoine du XXe siècle ». Retrouvez plus d'informations sur la villa dans la chronique de l'Été Archi qui lui était consacrée, et diffusée le 16 juillet 2017 sur France Inter.

La Villa Kérylos, Impasse Gustave Eiffel, 06310 Beaulieu-sur-Mer. Ouvert tous les jours, 10h - 17h. Tarifs : 11,5€ (plein)

La Villa E-1027 par Eileen Gray

La Villa E-1027 - Arch. Eileen Gray © Manuel Bougot

Première création de l’architecte Eileen Gray, la Villa E-1027 était livrée en 1929 en bord de mer à Roquebrune-Cap-Martin pour le directeur de publication du magazine L’architecture vivante Jean Badovici et amant de l’architecte. Si la réalisation reprend ainsi les cinq points de l’architecture moderne énoncés par Le Corbusier, elle permet au couple d’en exposer les limites, notamment la conception des intérieurs jugée trop froide au détriment du confort et de l’intimité de la maison, à travers le manifeste De l’Eclectisme au doute qu’ils publieront dans un numéro spécial de la revue en 1927. Elle est classée au titre des monuments historiques en mars 2000 et a également obtenu le label « Patrimoine du XXe siècle ».

La Villa E-1027, Sentier Massolin, 06190 Roquebrune-Cap-Martin. Deux visites par jour, ouvert du lundi au dimanche. Réservation en amont, obligatoire.

La Maison de verre par Pierre Chareau

La Maison de Verre - Arch. Pierre Chareau © August Fischer (CC BY-ND 2.0)

Installée au cœur de Paris, la Maison de verre de Pierre Chareau a ceci de singulier que sa façade est constituée de pavés de verre. Construite entre 1928 et 1931 pour le compte du docteur Dalsace, la réalisation est le fruit de la transformation d’un ancien immeuble situé en fond de cour, que la locataire du dernier étage refuse de quitter. L’architecte trouve alors comme solution d’ajouter une structure métallique s’arrêtant en dessous du dernier étage et crée une maison dont la façade translucide permet une pénétration maximale de la lumière naturelle, empêchant toutefois de voir comme d’être vu.

La Maison de verre de Pierre Chareau, 31 Rue Saint-Guillaume, 75007 Paris. La visite de la Maison de verre est réservée aux Amis de l’association du musée de Verre. Il faut écrire à mdv31@orange.fr. Le nombre de visites est limité (uniquement le jeudi après-midi) et réservé en priorité aux architectes et étudiants en architecture.

La Maison de Jean Prouvé par Jean Prouvé

La Maison de Jean Prouvé - Arch. Jean Prouvé © Arnaud 25 (CC BY-SA 4.0)

Construite en 1954 par l’architecte designer Jean Prouvé, à titre de domicile familiale personnel expérimental, la maison se trouve au milieu d’un terrain pentu, bon marché et réputé inconstructible, à Nancy, en contrebas du quartier du Haut-du-Lièvre. Là, Jean Prouvé imagine trois parties enchaînées pour sa maison, qu’il se plaisait à surnommer « le wagon ». L’une comprend les chambres à coucher, l’autre un vaste séjour tandis que la dernière est occupée par la cuisine et les pièces techniques. Montée en l’espace d'un été par la famille, la maison illustre l’ingéniosité de son concepteur, entre simplicité du plan, légèreté des matériaux et rapidité d’assemblage.

La Maison de Jean Prouvé, 6 Rue Augustin Hacquard 54000 Nancy. Ouverte à la visite de juin à septembre. Tarifs : 6€ (plein)

La Maison Delcourt par Richard Neutra

La Maison Delcourt, construite en centre ville de Croix en 1968 pour l’industriel Marcel Delcourt, constitue l’unique construction de Richard Neutra en France et le dernier projet de l’architecte décédé en 1970. Véritable « maison dans la prairie », la Maison Delcourt bénéficie en effet d’une situation idéale, installée en cœur d’îlot et entourée d’un vaste jardin boisé. Cette réalisation reprend de nombreux éléments du vocabulaire moderne de l’architecture comme la structure poteaux-poutres filiforme, un plan ouvert, une horizontalité marquée par le prolongement des sols et des plafonds au-delà des façades vitrées ou encore des rideaux et cloisons mobiles. Elle a été classée au titre des monuments historiques en 2000.

La Maison Delcourt, 18 Avenue du Général de Gaulle, 59170 Croix. En vente, visites sur rendez-vous.

La Villa Hennebique par François Hennebique

La Villa Hennebique - Arch. François Hennebique © Eurobas (CC BY-SA 3.0)

La Villa Hennebique, construite par et pour son concepteur, l’architecte et entrepreneur François Hennebique entre 1901 et 1903 constitue une démonstration des possibilités techniques et esthétiques novatrices du béton armé, dans le cas d’une habitation. Elle est ainsi surmontée d’une tour portant un réservoir d’eau, et caractérisée par des encorbellements audacieux ainsi qu’une façade « où le vide des baies l'emporte sur le plein des murs ». Si la réalisation est à l’origine conçue comme un « palais familial », l’immeuble est aujourd’hui transformé en appartements. Elle est classée au titre des monuments historiques depuis janvier 2012.

La Villa Hennebique, 1 avenue du Lycée-Lakanal ; 22 avenue Victor-Hugo 92340 Bourg-la-Reine. Visites organisées à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, sur inscription.

La Villa Sayer par Marcel Breuer

La Villa Sayer - Arch. Marcel Breuer © Camille Picot

Conçue à Glanville dans le Calvados, la Villa Sayer sort de terre en 1972. Dessinée par l’architecte Marcel Beuer et son associé Mario Jossa, la villa illustre les recherches menées par le duo sur l’harmonie entre l’architecture et l’environnement. Elle est notamment composée de parois transparentes et d’un toit constitué d’une double hyperbole paraboloïde en béton précontraint. Seule résidence privée construite par Marcel Breuer, la Villa Sayer est inscrite à l’inventaire supplémentaires des Monuments Historiques dès 1992 et sera finalement classée en 2005. Elle est installée sur un terrain de 50 hectares, où un haras a désormais pris place.

La Villa Sayer, Haras de la Huderie 1839 Route de Deauville, Glanville 14950. Visites organisées à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, sur inscription.

Le Palais Bulles par Antti Lovag

Le Palais Bulles - Arch. Antti Lovag © Niklas Morberg (CC BY-NC 2.0)

À Théoule-sur-Mer, Antti Lovag conçoit le Palais Bulles, un ouvrage aux mille fenêtres-hublots de 1 200 m² commandé par Pierre Bernard. Souvent attribué au couturier Pierre Cardin, l’édifice a été effectivement racheté par ce dernier en 1991, à la mort du commanditaire, pour ensuite être agrandi et transformé en lieu de réception et d’exposition des collections de mobilier, d’objets d’art et de design des années 1960-1970. Cette maison-sculpture de couleur ocre s’intègre dans un site où de nombreux bassins côtoient une piscine, un immense jardin et de nombreuses terrasses, le tout surplombant la mer face à la Baie de Cannes. Le Palais Bulles est la troisième réalisation de ce type imaginée par le hongrois Antti Lovag, après la Maison Gaudet  à Tourrettes-sur-Loup et la Maison Bernard à Port-la-Galère.

Le Palais Bulles, 33, boulevard de l’Estérel 06590 Théoule-sur-Mer. Propriété privée, ne se visite pas mais se privatise.

La Maison-atelier Van Doesburg par Theo Van Doesburg

La maison-atelier Van Doesburg - Arch. Theo van Doesburg © Renaud Camus (CC BY 2.0)

À Meudon en banlieue ouest de Paris, l’artiste et architecte Theo van Doesburg dessine et construit sa maison-atelier vers la fin des années 1920, pour lui-même et son épouse Nelly. Terminée vers la fin des années 1930, la Maison Van Doesburg survivra à son concepteur, décédé alors même que l’aménagement final des lieux est en cours. Après la mort de l'épouse de l'architecte qui occupe les lieux jusqu'en 1975, la maison-atelier retrouve sa fonction initialement prévue et devient un lieu de travail et d’habitation collaboratif où artistes et chercheurs prennent résidence. La maison est classée Monument historique puis restaurée en profondeur dès 1981.

La Maison-atelier Van Doesburg, 29 rue Charles Infroit - 92190 Meudon, quartier du Val-Fleury. Visite de la maison sur rendez-vous chaque premier samedi du mois (sauf en août) de 14h à 18h. Inscription obligatoire sur info@vandoesburghuis.com. Visites organisées à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, gratuit sans réservation.

*L'article, initialement publié le 14 février 2020 à 7h37, a été modifié ultérieurement.

Marie Crabié