Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ExpositionSi les temps ne sont pas à la fête, événements et expositions pourraient bien nous permettre de passer l'automne et penser au-delà de notre quotidien. Voici notre sélection de temps forts pour les mois à venir, un peu partout en France.
Quand la forme parle - Frac Centre Val de Loire - ICADA knothole house © Nobutada Omote
Quand la forme parle - Frac Centre Val de Loire - ICADA knothole house © Nobutada Omote
Lancer le diaporama en plein écran

En ces temps quelque peu moroses, voici 12 événements et expositions qui devraient permettre aux amateurs de sorties de penser la ville de demain, de s'évader hors de nos frontières, de découvrir des courants architecturaux inspirants, de se perdre dans le dessin, un geste, une ligne devenue projet ou encore d'imaginer de nouvelles manières d'habiter.

Au-delà de nos frontières

Si l'heure n'est pas au voyage, elle peut toutefois être à la découverte de nouveaux horizons architecturaux. Présentée au Frac Centre Val-de Loire à Orléans, l'exposition Quand la forme parle s'intéresse de manière inédite à la réalité de l'architecture japonaise aujourd'hui. À travers 64 projets de 35 agences d'architectures, l'exposition met ainsi en lumière des formes architecturales originales et créatives qui s'intègrent harmonieusement dans des environnements variés tout en étant en phase avec les communautés locales. 

The Tower - a Concrete Utopia, tirage numérique, 2015 © Sammy Baloji – Avec l'aimable autorisation de la Galerie Imane Farès

Une ambition que poursuivent aussi de jeunes générations de créateurs au cœur de la capitale congolaise. Pour La Cité de l'architecture & du patrimoine à Paris, ils narrent la complexité et la richesse de la ville et leurs travaux offrent de multiples points d'entrée pour penser l'espace urbain kinois, ses imaginaires et ses devenirs. Déclinée en neuf chroniques, l'exposition Kinshasa Chroniques propose ainsi de penser la ville par l'art à travers une déambulation tantôt linéaire, tantôt faite de sauts, d'impasses, d'allers et de retours.

À La Fondation Cartier cet automne, ce sont d'autres frontières que l'on questionne. Celles du dedans et du dehors, de la prolifération des images brouillant les limites entre mirage et réalité, passé et présent à la croisée de la peinture, la sculpture et l'architecture que l'américaine Sarah Sze se plait à explorer. 

Sarah Sze, prototype d'installation en studio, 2019 © Sarah Sze

Dans son exposition De nuit en jour, l'artiste assemble ainsi des objets du quotidien et des images — imprimées dans les magazines, glanées sur le web, prises depuis l'espace — en mouvement dans des installations délicates et complexes qui entrent en dialogue avec les espaces transparents de Jean Nouvel.

Histoire de la ville et architecture du quotidien

Depuis plusieurs mois, la question de l’hygiénisme est revenue au premier plan des grands enjeux sociétaux. À travers de nouvelles mesures d'urbanisme transitoire, l’espace urbain s’adapte et les populations sont progressivement sensibilisées aux nouveaux modes de vie imposés par la crise sanitaire.

Des modes de vie en constante évolution depuis le XIXe siècle et qui n'ont pourtant depuis lors, pas cessé de répondre à de nouvelles pratiques d'hygiène que l'exposition C’est du propre ! du Mus-Musée d’Histoire Urbaine et Sociale de Suresnes retrace jusqu'au 6 juin 2021.

Ilot insalubre rue des Bourets à Suresnes, photographie anonyme, tirage sur papier, début du XXè siècle, coll. Société d’Histoire de Suresnes

Dans un même temps, Le Pavillon de l'Arsenal revient sur l'Histoire naturelle de l'architecture et de la ville, qui a souvent été relue aux prismes d'enjeux politique, social et culturel, oubliant les raisons physiques, climatiques ou sanitaires qui l’ont pourtant fondée, de l’aménagement urbain à la forme des bâtiments.

Un ensemble de questions que la cinquième biennale du Réseau des maisons de l'architecture à Clermont-Ferrand ne manquera pas d'évoquer alors qu'elle souhaite rappeler, durant trois jours de festivités, l’importance de l’architecture dans notre quotidien, valoriser ses composantes culturelles et patrimoniales autant que les enjeux démocratiques, écologiques et sociaux liés à la fabrication de nos cadres de vie.

La fabrication de nos cadres de vie

À Bordeaux, l'exposition proto-habitat que présente le centre d'architecture arc en rêve invite à questionner nos espaces construits «pour se loger et/ou travailler». Ouvrir ce sujet à la réflexion et au renouvellement des pratiques nous permettrait ainsi de répondre aux «défis exigeants» à relever, «pour la conception architecturale, la fabrication urbaine, ou encore l’appropriation par les habitants».

À Caen aussi, on y réfléchit. Face à l’épuisement des ressources, l'exposition FIBRA qu'accueillent actuellement le CAUE du Calvados et Le Pavillon Presqu'île de Caen explore les potentiels des plantes à croissance rapide et présente des solutions pour les architectures et la ville de demain. Murs en béton de chanvre ou en bottes de paille porteuse, charpentes en bambou, couvertures et bardages en roseau, isolants en paille, chanvre ou herbe marine, tuiles de palmier, garde-corps en osier…, l’exposition rassemble plus de 50 constructions réalisées avec des matériaux en fibres végétales dans le monde entier.

La ville-forêt. Vers une nouvelle culture urbaine par le CAUE Rhône à Lyon © CAUE Rhône

Du côté de Lyon, c'est la place du végétal dans nos villes qui interpelle. «Imaginer une ville réconciliée avec le monde végétal, accueillante pour le vivant et s'inspirant du modèle de la forêt», c'est là que se situe le pari d'une ville réconciliée avec son environnement pour répondre aux enjeux liés au changement climatique, à l’érosion de la biodiversité et aux questions de santé auxquelles nous devons faire face aujourd'hui. Le CAUE Rhône Métropole met ces éléments en perspective dans son exposition La ville-forêt - vers une nouvelle culture urbaine présentée jusqu'au 18 décembre.

Un geste, une ligne, un dessin

À Paris, à Tour ou à Angoulême, on met le geste de l'architecte, de l'artiste et du designer à l'honneur cet automne. Quand à Tour, la facette architecturale de l'œuvre de l'artiste Olivier Debré s'expose au CCCOD à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance, la Cité de la BD d'Angoulême célèbre de son côté les 30 ans de son vaisseau Mœbius, « l'âge d’une maturation et d’un épanouissement.» 

Elle conte ainsi l'émergence du Vaisseau conçu et réalisé par Roland Castro et Jean Remond, une architecture puissante, «un palais étincelant aux formes extravagantes, fantastiques, futuristes, un temple de l’image irréel, romanesque, une cathédrale pour le musée de la BD, une basilique pour glorifier l’image».

De Castro à Mœbius, les 30 ans du Vaisseau © Castro Denissof Associés

De son côté, la Société du Grand Paris présente son nouveau métro, fruit de la réflexion de deux célèbres designers Patrick Jouin et Ruedi Baur dans le cadre de son exposition Les lignes du Design à la Fabrique du Métro. Au programme : parcours sonore, balade urbaine et conférences invitent ainsi à découvrir le métro de demain.

La rédaction tient à préciser que tout ou partie de cet article est extrait d'un communiqué de presse

La rédaction
Dans l'agenda
Du vendredi 16 octobre 2020 au dimanche 7 mars 2021
Quand la forme parle
Frac Centre Val-de Loire
88 Rue du Colombier, 45000 Orléans
Du 16 octobre 2020 au 7 mars 2021, le Frac Centre-Val de Loire accueille l'exposition Quand la forme parle. Nouveaux courants architecturaux au Japon (1995-2020), en collaboration avec The Architectural Design Association of Nippon (ADAN) et produite par l’architecte Shuhei Endo.
Du mercredi 14 octobre 2020 au lundi 11 janvier 2021
Kinshasa Chroniques
La Cité de l'architecture & du patrimoine
1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris
Du 14 octobre au 11 janvier 2021, la Cité de l'architecture & du patrimoine présente une grande exposition d'art contemporain pour interroger la ville et ses représentations. Le parcours propose une approche de la capitale congolaise, Kinshasa, troisième ville d'Afrique par la taille, née du regard d'artistes dont la pratique est ancrée dans une expérience intime de l'espace urbain.
Du vendredi 16 octobre 2020 au dimanche 28 mars 2021
étendue, corps, espace. olivier debré et les artistes-architectes
Centre de création contemporain Olivier Debré (CCCOD)
Jardin François 1er, 37000 Tours
Le trait, la ligne, le mouvement, les gestes qui composent et recomposent pour dessiner une trajectoire, tout dans l’œuvre graphique, picturale et sculptée d’Olivier Debré se rapporte à la notion architecturale de structure. Lorsque l’artiste construit ses tableaux, il regarde comme un architecte. Cette exposition a comme ambition de rassembler autour de la figure d’Olivier Debré, des créateurs qui, jusqu’à aujourd’hui encore, ont façonné la pensée de leur travail autour de fondements et de principes liés à la discipline de l’architecture.
Du samedi 24 octobre 2020 au dimanche 7 mars 2021
De nuit en jour
La Fondation Cartier pour l'art contemporain
261 Boulevard Raspail, 75014
Pour sa deuxième exposition personnelle à la Fondation Cartier, l’artiste Sarah Sze crée une exposition immersive en dialogue avec le bâtiment de Jean Nouvel. Avec deux nouvelles installations, l’artiste propose une rêverie autour de la prolifération des images qui transforment notre relation à notre environnement.
Du mardi 6 octobre 2020 au dimanche 3 janvier 2021
proto-habitat fabriquer autrement, du prototype à l’habiter
arc en rêve
7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux
Habiter un espace construit pour se loger et/ou travailler, est un sujet ouvert à la réflexion et au renouvellement des pratiques. Les défis à relever sont exigeants, pour la conception architecturale, la fabrication urbaine, ou encore l’appropriation par les habitants.
Du jeudi 8 octobre 2020 au dimanche 3 janvier 2021
De Castro à Moebius, les 30 ans du vaisseau
Musée de la Bande Dessinée
Quai de la Charente, 16000 Angoulême
A l’occasion du trentenaire de la Cité et de l’inauguration du CNBDI, cette nouvelle exposition de la Cité de la bande dessinée évoque l’histoire du site et les grands évènements qui marquèrent les trente dernières années de la Cité.