Rechercher un article
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à tema.archi]
ÉvénementLes 6, 7 et 8 novembre 2019 auront lieu les Journées d'études sur la Première Reconstruction. Organisées à Saint-Quentin, elles offrent l'occasion pour tous publics d'en déterminer les contours, les enjeux de représentation sociale ainsi que de conservation et d'adaptation aux besoins contemporains.
Saint-Quentin Art Deco © Sandra Cohen-Rose and Colin Rose (CC BY 2.0)
Saint-Quentin Art Deco © Sandra Cohen-Rose and Colin Rose (CC BY 2.0)
Lancer le diaporama en plein écran

Les 6, 7 et 8 novembre 2019, la DRAC avec l’appui d’un comité scientifique et en partenariat avec la ville de Saint-Quentin et l’office de Tourisme et des Congrès du Saint-Quentinois propose des journées d’études sur la Reconstruction opérée après la Première Guerre mondiale dans les Hauts-de-France.

Un territoire à l'histoire singulière

Les cinq départements qui composent la région Hauts-de-France présentent la particularité d’avoir été traversés par la ligne de front entre 1914 et 1918. Quatre offensives majeures se sont déroulées sur ce territoire : l’invasion de 1914, la bataille de la Somme de 1916, le chemin des Dames notamment en 1917 et l’offensive allemande de mars 1918. Pour la seule bataille de la Somme, c’est deux fois plus de morts qu’à Verdun en deux fois moins de temps.

Souvent, et cela vaut pour l’ensemble de la région, les populations évacuées lors de l’avancée des troupes ennemies n’ont retrouvé à leur retour que des ruines et des paysages anéantis. Des villes entières de la région étaient dévastées, sans compter plusieurs centaines de villages.

La reconstruction, trait caractéristique de la région

La période de Reconstruction qui va suivre (dite Première Reconstruction par rapport à celle qui viendra après la Deuxième Guerre mondiale) sera d’une ampleur telle qu’elle constitue un trait caractéristique fort du territoire de l’actuelle région Hauts-de-France.

L'ancien cinéma Le Carillon à Saint-Quentin © Jean-Pierre Dalbéra (CC BY 2.0)

La séquence chronologique durant laquelle on peut considérer qu’elle se développe, les formes qu’elle a pu prendre, les enjeux de représentation sociale qu’elle a posés, la prise en compte aujourd’hui, et selon quelles modalités, de ce qu’il en reste, tels sont les jalons qui seront posés et questionnés lors de ces journées d’études.

Ouvrir le débat à tous

Ces journées s’adressent à tous les publics : étudiants, chercheurs, enseignants, professionnels du patrimoine mais aussi habitants ou non de la région, curieux et amoureux de celle-ci et toute personne qui y a vécu et y vit aujourd’hui.

Les interventions et visites s’appuient sur des contributions ayant répondu à un appel à communication qui ont été retenues au sein d'un comité scientifique. Les journées sont conçues pour privilégier des points de vue diversifiés, ouvrir des temps de discussion et accueillir trois conférences de synthèse chaque fin d’après-midi.

La rédaction tient à préciser que tout ou partie de cet article est extrait d'un communiqué de presse

Dans l'agenda
Du mercredi 6 novembre 2019 au vendredi 8 novembre 2019
Journées d'études sur la Première reconstruction
Palais de l'Art déco, Anciens magasins des Nouvelles Galerie et Palais Fervaques
2100 Saint-Quentin
Les 6, 7 et 8 novembre 2019 auront lieu les Journées d'études sur la première reconstruction. Organisées à Saint-Quentin, elles offrent l'occasion pour tous publics d'en déterminer les contours, les enjeux de représentation sociale ainsi que de conservation et d'adaptation aux besoins contemporains.
sur images.archi
Diaporama
Déshabillez-moi !
Réaménagement Rohan 1 & 2 au Musée des Arts Décoratifs à Paris | Bien Urbain - atelier d’architecture
À la fois discrète et minutieuse, l'intervention de l'agence Bien Urbain et du Studio Adrien Gardère dans les espaces d'exposition dédiés à la mode du Musée des Arts Décoratifs de Paris révèle le caractère majestueux du bâtiment existant. Pour mettre en valeur les caractéristiques de la structure masquée par les interventions des années 90, les architectes ont d'abord purgé le bâtiment. Laissés à l'état brut, les plafonds, les murs et les sols ont été complétés d'un escalier reliant les deux niveaux et aménagés de vitrines modulables. Offrant un maximum de liberté et de flexibilité aux futurs scénographes, ce dispositif répond à l'objectif de doter le musée d'une véritable « machine à exposer ».
Ecouter le podcast
Voir le diaporama